top of page

Dark Web ; l'Internet noir et mystérieux

Dernière mise à jour : 23 août 2021

The Silk Road (en français “la route de la soie”) fut un nom utilisé pour nommer l’un des plus importants marchés noirs du Dark web (plus d’info à ce sujet ici). Le site Internet était disponible sur le réseau Tor pour garantir l’anonymat des clients et vendeurs de produits illicites (notamment des armes, stupéfiants...). Apparu en 2011, la plateforme alors illégale, a été saisie et fermée par le FBI 2 ans plus tard. Le présumé chef du réseau, Ross Ulbricht, jeune américain de 28 ans, a donc été arrêté puis condamné à la prison à perpétuité pour avoir créé ce site. Mais une actualité est venue inciter l’équipe Grunge News à écrire cet article. Récemment un panneau d’affichage à Times Square présentait une photo du jeune Ross Ulbricht avec le slogan demandant sa libération : “Free Ross“ !

Le Dark Web attire de plus en plus de monde. C’est un milieu au paraître fascinant qui regorge de sites illégaux dans une majeure partie des pays. Nombreux sont ceux qui se fournissent en drogues, armes, cartes bancaires, etc, sur les marchés noirs numériques similaire à The Silk Road. C’est un véritable business pour certains. Des dealers de drogues se tournent maintenant vers ces plateformes pour maximiser leurs chances de ne pas se faire arrêter (sur le Dark web, avec de simples protections il est difficile d’obtenir des informations sur un internaute).

Depuis maintenant de nombreuses années les autorités se battent contre cette partie immergée de l’Internet qui grandit rapidement et de manière exponentielle.

Au-delà des rumeurs sur le Dark Web, que peut-on réellement y trouver ? Quels sont les enjeux de ces nouveaux marchés noirs ?

@KnowledgeThink via @Twitter

Avant tout, mieux vaudrait redéfinir clairement la structure du web. Pour résumer, le web se divise en 3 parties distinctes. Il y a premièrement le Clear web (ou Surface web) qui représente l’ensemble des sites Internet indexés par les moteurs de recherches lambda tel que Google, Qwant, Duckduck GO, Ecosia, … Vient ensuite le Deep web (à ne surtout pas confondre avec le Dark web) ; ici, c’est un milieu qui n’est disponible que par vous. C’est en quelques sortes comme si chaque individu possédait son propre Deep web. Prenons un exemple : lorsque vous allez sur GMAIL, vous entrez un mot de passe pour accéder à vos mails. Vous êtes ici entré dans le Deep web, seul vous y avez accès grâce à votre mot de passe.

Finalement arrive l’endroit le plus profond du web : le Dark web. Le Dark web est la partie la plus immergée de l’iceberg. Grandissant chaque jour, il contient de tout ! Vous pouvez naviguer de manière complètement anonyme pour y acheter plus ou moins ce que vous voulez. Les transactions financières s’effectuent seulement en cryptomonnaies ici. Séparée du système bancaire international, la cryptomonnaie permet d’anonymiser l’achat (les cryptomonnaies les plus courantes sur les réseaux du Dark web sont le Bitcoin et l’Ethereum).

 


 

Malgré de nombreux retours sombres sur ce web, il est bien plus clair et légitime que ce que nous pouvons aujourd’hui penser. Effectivement, des journalistes y travaillent même pour protéger précieusement leur travail et leurs sources !

Source : medium.com

Mais un marché noir, c’est quoi ?

Un marché noir désigne un marché clandestin apparenté à la contrebande. Ce commerce contourne les restrictions réglementaires et fiscales du pouvoir en place et où l'on y trouve tous type de marchandises illégales comme les armes, drogues, données personnelles (carte bancaire, carte d’identité, …), ... Les marchés noirs auraient vu le jour pour la première fois durant la Seconde Guerre mondiale. L’objectif de ces marchés clandestins était de pouvoir continuer à se procurer de quoi vivre lorsque les produits du quotidien (sucre, farine, pain…) manquaient. Aujourd’hui, ils prospèrent surtout grâce à Internet. L’accès est plus rapide et peut être plus sécurisé si l’on se procure des logiciels garantissant l’anonymat comme Tor, I2P, Freenet, etc, ou bien si l’on use d’un proxy, VPN, …

Evolution du nombre d'utilisateurs de la plateforme Tor (pour accéder au Dark web) jusqu'au 22/06/2020

C’est sur cet Internet que l’affaire The Silk Road est née. Le site était surtout connu pour son trafic de stupéfiants impressionnant. Il aurait généré grâce aux ventes, 1,2 milliards de dollars américains avec un total de commissions de 80 millions empochés par “l’entreprise“ (8 à 15 % de la somme de chaque transaction étaient reversées à The Silk Road). Après avoir amassé un total 18 millions de dollars avec sa plateforme depuis son ouverture, le fondateur du site, Ross Ulbricht, a été condamné à la réclusion à perpétuité le 29 mai 2015. Depuis ce jour de nombreux citoyens des Etats-Unis jusqu’en Asie en passant par l’Europe, etc, demandent sa libération. Ces supporters jugent la sentence disproportionnée pour avoir “Créé un site web“. Des comptes sur les réseaux sociaux, en soutien à cet homme ont même été ouverts pour demander sa libération. L’hashtag #freeross comptabilise plus de 3 000 posts sur le réseau social Instagram !


Sur le Dark web vous pouvez trouver de tout. Acheter de la drogue, des armes, des services sombres, une identité, etc, tout est possible. La seule condition est de payer en cryptomonnaies comme il l'est expliqué en début d’article. Mais l’un des trafics les plus importants est sans aucun doute celui des stupéfiants. Il a pris aujourd’hui une importante dimension géopolitique due à la mondialisation. Ce trafic est en place depuis une dizaine d’années sur Internet et en grande partie à travers le Dark web.


Capture d'écran d'une page du site The Silk Road

Les drogues sont donc un véritable fléau, il est désormais facile et rapide de s’en procurer. Nous voudrions simplement rappeler ici la différence entre les différents types de drogues.

Il en existe deux principaux : les drogues douces et les drogues dures. Les drogues sont classées dans ces deux catégories selon certains aspects comme leur nature addictive, leur toxicité et la sévérité de leurs effets physiologiques et psychologiques. Ainsi, les drogues douces correspondent, au cannabis, au tabac, à l’alcool, à certains médicaments…

Les drogues dures quant à elles sont représentées par l’héroïne, la cocaïne, la crystal meth, l'opium, la MDMA, …

Le cannabis est la drogue la plus souvent considérée comme étant une “drogue douce”. Effectivement son potentiel d’addiction et de toxicité est connu pour être assez faible contrairement à la cocaïne ou bien même l'héroïne qui sont des drogues plus souvent citées comme étant “dures“.

Déjà en 2008, entre 16 et 17 millions de personnes consommaient de la cocaïne dans le monde. L'Amérique du Nord représentait 40 % de la consommation mondiale, (estimée à 470 tonnes de cet addictif) et 27 des pays de l'Union européenne représentaient plus d'un quart de la consommation absolue. Ces deux régions représentent 80 % de la valeur totale du marché de la cocaïne. Ne serait-ce qu’en 2008, ce marché était estimé à 88 milliards de dollars.

Trafic de la cocaïne à travers le monde (Source : Rapport mondial sur les drogues 2010, ONUDC)

Pour le marché américain, la cocaïne est généralement transportée depuis la Colombie vers le Mexique ou l'Amérique centrale par voie marine puis terrestre vers les Etats-Unis et le Canada. Pour l’Europe, cette drogue est principalement transportée dans des voiliers, porte-conteneurs et sous-marins.

La nature illégale de ce trafic implique que l’arrêt de l’activité n’est pas lié à un dépôt de bilan mais dans l’immense majorité des cas à la mort ou à la prison. Ainsi, les trafiquants sont poussés à une efficacité et à une innovation permanente, ce qui crée de nouvelles drogues, comme le crack, la krokodil, etc, mais aussi à se tourner vers des lieux où les risques sont moindres. Le Dark web est donc là pour satisfaire ces individus. Ils se tournent vers des plateformes commerciales similaires à The Silk Road et plus leurs produits sont bien notés, mieux ils seront classés dans le classement que certains sites proposent, celui du meilleur vendeur du mois, de l’année, … De cette manière, avec un business fiable et de qualité il est aisé de se faire un nom.


Page du site The Silk Road après sa fermeture (source : techcrunch.com)

Vous avez donc pu le comprendre dans cet article mais le Dark web a une part d'ombre qui laisse place à un marché noir sans barrière où il est de plus en plus difficile pour les autorités de retrouver un malfrat. Les technologies ne cessent d’évoluer et les pratiques avec, ce qui était possible en 2013 au moment de l'arrestation de Ross Ulbricht ne l'est sûrement pas de la même manière aujourd'hui. Pourtant le Dark web c'est aussi là que de nombreux journalistes s'informent et échangent. Chacun peut naviguer en toute sérénité sans que ses connexions ne soient contrôlées par les autorités ! Finalement, est-il légitime que le Dark web soit accessible à tous ?



 
Vous aimerez aussi :



 



Inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News pour y laisser vos impressions dans l'espace commentaire ! (cliquez sur "login" en haut à droite de votre écran !)


Comentarios


bottom of page