top of page

Russie et oppositions politiques, toute une histoire ...

La Russie est un pays connu pour sa richesse culturelle, son histoire, mais surtout pour ses régimes et scandales politiques. Encore aujourd’hui, après le gouvernement de Lénine et l’URSS, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine plonge la Russie dans de nouveaux combats entre oppositions politiques. Récemment, l’avocat et militant russe, Alexeï Navalny a été condamné à 3 ans et demi de prison pour ses nombreuses actions en opposition au régime politique actuel. Cet événement marque l'occasion pour Grunge News de revenir sur l’histoire politique moderne du grand ours puis sur le parcours d’Alexeï Navalny avant de revenir sur les manifestations russes de 2021.


Ci-dessus une photographie du Kremlin de Moscou, résidence officielle et lieu de travail du président (Crédit photographie : Baturina Yuliya / shutterstock)

La Russie est devenue celle que nous connaissons aujourd’hui en 1991, avec la dislocation du bloc de l’URSS. Le pays a une histoire politique et culturelle chargée, une histoire qui l’a amené à la situation gouvernementale que nous connaissons actuellement.


 

Avant de débuter votre lecture, quelques rapides définitions (via www.linternaute.fr) afin de mieux comprendre l’histoire russe présentée dans cet article Grunge News :

Bolchevik : Membre du parti communiste de Lénine en Russie lors et après la révolution de 1917.


Putsh : Coup d'Etat effectué par un groupe armé dans l'objectif de prendre le pouvoir.


L’Armée rouge : L'Armée rouge est le corps militaire qui fut créé en 1917, par les révolutionnaires de la révolution d'octobre et qui fut dissoute en 1991 en même temps que l'URSS pour être remplacée par les forces armées de la fédération de Russie.


Goulag : Camp de travail forcé en U.R.S.S. que l'on peut comparer à un camp de concentration. Le goulag était principalement destiné aux opposants politiques.


Crise de Cuba : En 1962, pendant la Guerre froide, les Etats-Unis s'opposent à la prise de pouvoir de Fidel Catro à Cuba et l'URSS profite de ce nouvel allié pour installer sur l'île des missiles visant la Floride.


Le communisme de guerre (via fr.wikipedia.org) : Expression forgée a posteriori pour désigner les mesures adoptées par les bolcheviks de 1918 à 1921, durant la guerre civile russe.


 


Au XIXème siècle, un vent de révolution souffle sur la Russie tsariste. Les pénuries causées par la Première Guerre mondiale ainsi que les défaites de l’armée poussent le peuple à se rebeller en 1917, débouchant sur la révolution Russe. Ce mouvement entraîne la chute du gouvernement impérial et l'abdication de Nicolas II en mars 1917. Après cet événement, c’est le chaos au sein du pays. Plusieurs gouvernements se succèdent, et la colère du peuple ne diminue pas. Le Parti ouvrier, les Bolcheviks, gagnent en popularité et organisent un coup d’Etat le 25 octobre 1917. Le putsch est un franc succès.


Vladimir Ilitch Lénine en 1920 par le photographe Pavel Semyonovich Zhukov (Domaine public)

Lénine devient le leader du mouvement, même s'il ne possède pas le titre de dirigeant officiel. La propriété privée industrielle et financière est supprimée et les usines ainsi que les banques sont nationalisées. À la place, la propriété d'État est instaurée sur la quasi-totalité des moyens de production.

De 1918 à 1921, la guerre civile ravage la Russie et ses pays voisins. Plusieurs Partis s’allient pour combattre Trotsky (Militant marxiste puis bolchevik) et l’Armée rouge.

Grâce au communisme de guerre, Lénine et le Parti communiste arrivent à se maintenir au pouvoir. A la fin de la guerre civile, le pays est fragilisé et une terrible famine le ravage entre 1921 et 1922. Elle cause la mort de plusieurs millions d’individus.

La Russie est traumatisée par la guerre civile : la production s'effondre, de nombreux érudits, officiers, techniciens… sont morts au cours de la guerre ou déportés dans les camps de concentration soviétiques. Ce lourd héritage marque la création de l'URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) le 30 décembre 1922.

Le 21 janvier 1924, Lénine meurt d’un AVC. Trotski tente de reprendre le pouvoir, en vain. Staline prend la succession au gouvernement malgré le testament de Lénine qui le jugeait “trop brutal“.

Avec Staline sont créés les Goulags, ayant tout de même de nombreux points communs avec les camps de concentration soviétiques de Lénine. En 1925, le Parti Communiste de l'Union Soviétique (PCUS) fondée par Lénine en 1917, devient le seul Parti politique autorisé en URSS.


Construction de la voie ferrée la ligne Salekhard-Igarka en 1948 par des prisonniers des goulags (crédit : Tomasz Kizny)

Carte présentant les principaux Goulags entre 1923 et 1961, selon l'ONG russe de défense des droits de l'homme, Memorial (Domaine public)

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, l’URSS souffre de ce conflit international et dénombre finalement plus de 20 millions de morts. En 1947 débute la guerre froide. La puissance soviétique ne se laisse donc pas abattre et se fait une place importante dans la conquête spatiale (conquête qui prouvait, à l’époque, la supériorité d’un pays).


 



 

L'URSS impressionne le monde entier dans son évolution rapide. Le pays connaît une période de prospérité. Le culte de la personnalité est poussé à son apogée avec Staline au pouvoir. Celui-ci meurt en 1953 après avoir modernisé l’URSS et instauré une terreur dans le bloc soviétique.


Corps de Joseph Staline à Moscou, le 8 mars 1953 (AFP / Archives)

La guerre froide renforce chaque jour les tensions entre les Etats Unis et l’URSS, manquant de dégénérer en guerre nucléaire après la crise de Cuba en 1962. L’écart entre le niveau de vie des Soviétiques et celui des habitants des pays occidentaux s’accroît lui aussi progressivement.


Au début des années 90, l’empire perd pied, notamment à cause de la chute de Berlin (1989), et la réunification allemande. En décembre 1991, Gorbatchev, dirigeant de l’URSS, dissout le PCUS et démissionne de son poste alors que le bloc de l’URSS s’effondre. Les républiques qui la constituent prennent leur indépendance (15 pays deviennent indépendants avec leur propre chef d'Etat), et la Russie, principale héritière de l'URSS, occupe désormais sa place dans les institutions internationales, mais assume également son passif financier.


Carte de l'URSS en 1990 et en 1991 (source www.saintmaurautrement.com)

Vladimir Poutine en 2018 (crédit CC BY 4.0)

En 2000, Vladimir Poutine est élu au pouvoir. Il se donne pour objectif de rétablir le fonctionnement de l’État et de l’économie pour retrouver une Russie puissante. Depuis son élection, le pays connaît une croissance économique remarquable et redevient peu à peu un acteur important dans les affaires internationales. Vladimir Poutine, très populaire dans le pays, est réélu pour la quatrième fois en mars 2018.


En revanche, même si le dirigeant Poutine était apprécié d’une importante partie du pays en 2018, aujourd’hui, la tendance s’inverse. Alexeï Navalny, militant politique et opposant au président, dénonce le régime politique en place, entre autres sur des affaires de corruption au sein du gouvernement. Mais qui est vraiment cet homme ?



Avocat de profession, Alexeï Navalny s’immisce dans le monde de la politique au début des années 2000. Contestant le régime en place considéré autoritaire par beaucoup, il ne tarde pas à faire entendre sa voix dans la rue. Révélé au grand public lors des manifestations de 2011-2012 contre les fraudes aux législatives, ce n’est que le début d’un grand combat. En 2012, il co-fonde le Parti politique “Parti du progrès“ avec Leonid Volkov et en devient le président. Un an plus tard, en 2013, il participe aux élections municipales pour Moscou et obtient 27% des suffrages. En mai 2018 le Parti est dissous, son successeur est “Russie du futur“. En 2016 il annonce sa candidature aux élections présidentielles de 2018 mais est jugé inéligible pour les élections. Sa candidature est rejetée. Le 20 août 2020, alors qu’il prenait l’avion lors de sa campagne électorale pour des scrutins locaux et régionaux, le militant tombe gravement malade. Transféré dans un hôpital berlinois il passe quelques jours dans le coma. Victime d’empoisonnement, il accuse les services secrets russes d’avoir voulu l’assassiner. Moscou nie les faits et juge les déclarations d’Alexeï Navalny « délirantes ».

Le 13 janvier 2021, dans un poste Instagram, il annonce avoir acheté des billets d’avion pour un retour en Russie. Un retour qui pourrait lui coûter la liberté dès son arrivée. Il s’envole le 17 janvier et est arrêté dès le premier pas posé en Russie, par les agents du service fédéral des pénitenciers.

Puis, le 19 janvier sort un documentaire réalisé par son équipe et lui-même sur YouTube. Grâce à sa fondation contre la corruption (FBK), il a pu mener une enquête approfondie sur le président Vladimir Poutine. Il dénonce ici la corruption de celui-ci en présentant un palais que se serait fait construire le président russe. Sa vidéo a été visionnée aujourd’hui (lundi 08 février 2021), plus de 110 millions de fois.


En parallèle, des appels à manifester commencent à proliférer sur les réseaux sociaux. Ainsi, le 23 janvier plus de 100 villes de Russie se soulèvent en soutien à Alexeï Navalny et en opposition au gouvernement. Selon Reuters, il y aurait eu plus de 40 000 manifestants à Moscou tandis que les autorités déclarent “seulement“ 4 000 participants. En fin de journée, selon OVD-Info, 2662 personnes ont été interpellées par les autorités, dont plus de 1000 dans la capitale russe.

Le 31 janvier une seconde journée de manifestation a lieu. Andreï, un manifestant de 25 ans était à Vladivostok ce jour-là et rapporte à France24 en rapport avec les événements : "Mais comme vous le voyez, personne n'a peur.". Ce jour-là, le pays dénombrait (sur les 2 journées de protestation), plus de 10 000 interpellations, c’est un nombre record dans l’histoire moderne du pays.


Le 23 janvier 2021 à Moscou (crédit : REUTERS \ Maxim Shemetov)

Le 2 février 2021 Alexeï Navalny est condamné à 3 ans et demi d’emprisonnement ferme. La juge, Natalia Repnikova, déclare que l’opposant au pouvoir a violé une mesure de contrôle judiciaire lorsqu’il était dans le coma en Allemagne après son empoisonnement. Selon son avocate, Olga Mikhaïlova, il devrait finalement purger une peine de 2 ans et 8 mois puisqu’il avait déjà passé 10 mois assigner à résidence. L’avocate a déclaré que son client ferait appel. Après l’annonce du verdict de nombreuses manifestations surgissent à travers le pays pour contester le choix du juge. Plus de 1500 individus sont interpellés.



Finalement, malgré son passé tumultueux, la Russie est devenue une importante puissance mondiale. En revanche, il n'est pas rare que les actions de son gouvernement déplaisent à certains chefs d'Etat. Dernièrement c'est le président français Emanuel Macron qui a appelé à la "libération immédiate" d'Alexeï Navalny. Aujourd'hui, avec le soulèvement de la population en soutien à l'opposant Navalny et en opposition à Vladimir Poutine, le Kremlin vit des événements historiques. Jusqu'où ira le soulèvement du pays ? Réponse dans les jours / semaines /mois à venir ...


 
Vous aimerez aussi :





 



Inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News pour y laisser vos impressions dans l'espace commentaire ! (cliquez sur "login" en haut à droite de votre écran !)


Comentários


bottom of page