top of page

Le rap n'est pas en WEEKND 2/2

Dernière mise à jour : 12 févr. 2021

Hier, dans l'article "La Pop n'est pas en Weeknd 1/2", nous avons vu ce qu'était exactement la pop-music, son histoire, ses dérivées et surtout son affiliation au rap. Pour compléter l'histoire, Grunge News revient aujourd'hui sur les origines du rap et son impact sur la société avec des interviews exclusives du créateur d'Univers Rap (@universraptv) et Caden Kujawa, un jeune Américain collaborant avec les plus grands rappeurs US du moment.

Jarad Anthony Higgins alias Juice WRLD, en septembre 2019 (Tim Mosenfelder / Getty Images)

L'histoire du rap émerge directement de celle du hip-hop. Celui-ci est un mouvement culturel et artistique urbain né à New-York dans les quartiers populaires (principalement ceux du Bronx), au début des années 70. La culture hip-hop est composée de cinq disciplines :le rap, le Djing (l'art de mixer, scratcher sur une platine), le break dance, les graffitis/arts de rue et le beatboxing. C'est la combinaison de ces arts qui a permis de poser les bases de cette culture nouvelle. Le hip-hop est donc né dans un contexte d’extrême pauvreté où le seul moyen de s’en sortir pour les habitants des quartiers était, de manière générale, de vendre de la drogue.

Le Bronx avait la réputation d’être un melting-pot culturel. Différentes ethnies se côtoyaient chaque jour et chacune d'elle jouait un genre musical propre à leur culture. On pouvait écouter des musiques afro-américaines, portoricaines, ...


Photographie du Bronx, à New York dans les années 70 (© All Rights Reserved)

C'est à cette période qu'entre en scène Kool Herc. Il est crédité comme étant le père fondateur du hip-hop. Tout commence lorsque celui-ci quitte la Jamaïque pour s’installer dans le Bronx, à New-York. Il développe peu à peu un profond intérêt pour le DJing. Au départ, le jeune homme est désireux d’incorporer la culture musicale jamaïcaine dans son quartier, en vain. Il s'inspire donc des différents styles musicaux de la rue. Puis, en 1973, lors d’une fête qu’il organise pour sa sœur, il mixe de la musique en ayant adapté son style avec ses influences de la rue telles que le Funk et la Soul.


C’est une révolution musicale ! DJ Kool Herc adapte son style et développe une méthode pour que les musiques sélectionnées durent plus longtemps au mix. Comment a-t-il révolutionné le monde du DJing ? Tout simplement en ayant rajouté une seconde platine à la table de mixage, pour pouvoir enchaîner les morceaux facilement. Avant cette date, les musiques avaient une durée moyenne de 15 secondes pendant un mix. Un temps relativement cours justifié par la possibilité de n'utiliser qu'une seule platine sur une table de mixage.

Herc va gagner en popularité et aura même avec lui son propre groupe de danseurs pour animer ses soirées : les B-Boy.


Il ne s’arrête pas là et invente même le concept des "Block Party". Les "Block Party" consistaient à emporter avec soi des enceintes et une table de mixage pour pouvoir s’installer dans un endroit du Bronx et y jouer de la musique. Le but était simplement de s’amuser et de danser. Avec le succès fou de ces fêtes, il décide de faire désormais monter sur scène quelques fêtards. Chacun de ces individus représente son quartier et tous s'affrontent en duel de danse, puis de clash.

DJ KOOL HERC en mix lors d'une Block Party

Résultat, le public raffole de ces conflits verbaux et c’est ainsi que cette tendance va se répandre dans tout New-York. Les premiers MC apparaissent et toastaient. En effet, le terme "toast" signifiait en jamaïcain "rapper". Le mot a ensuite disparu pour laisser place au mot "To Deejay", signifiant aussi rapper. Parmi les précurseurs de ce mouvement, on peut citer le célèbre Coke La Rock considéré comme le premier MC.


Le MC débitait donc des clashs sur une instru et utilisait une boîte à rythme pour remplacer les instruments. Le personnage qui va révolutionner le mix, c’est Grand Master Flash. Il va réinventer la table de mixage et faire en sorte qu’il n’y ait plus de coupures entre les transitions musicales.

Dès 1979 les premiers raps sur disques font leur apparition avec notamment le célèbre morceau "Rapper’s Delight" de The Sugarhill Gang.


Le rap évolue au fil des années et se distingue progressivement des autres genres musicaux grâce aux paroles. Les thèmes abordés à travers les textes de rap sont la vie dans les ghettos américains, les fêtes, mais aussi la drogue et le sexe. La violence de cette vie est bien souvent traduite par des insultes. Ce genre musical est adopté par les gangs américains, et c’est aussi eux qui le popularisent (encore bien souvent aujourd’hui avec des rappeurs tels que 6ix9ine, Nipsey Hussle, Blueface, ...).



Eminem (source radiosud.net)

Les textes étaient obscènes et polémiques : c'était du "rap hardcore". À travers lui, les jeunes des ghettos se reconnaissaient et pouvaient exprimer leurs émotions sur leur vécu simplement. Un individu n’a pas spécialement besoin de savoir chanter pour faire du rap, il doit savoir raconter sa vie et c’est là que réside l’essence même de ce genre musical originaire de la rue. C'est cet élément qui le différencie de tous les autres registres musicaux. Le rap des années 80 est très différent de celui d'aujourd’hui, mais conquiert pour autant le monde entier. Le hip-hop arrive en France et en Europe, mais aussi au Japon et au Québec en 1982.

D’origine afro-américaine, ce style va aussi toucher la population blanche avec l’exemple le plus connu : Eminem. C’est alors ce qui rend au rap son universalité. Le rap se popularise de plus en plus, et chaque pays voit naître ses propres rappeurs. Avec le temps, les paroles deviennent plus conscientes, et le genre se divise lui-même en sous-genres, avec le rap conscient, l’emo-rap… La montée de ce nouveau genre de musique va engendrer d'énormes rentrées d’argent avec la mise en place de concerts, de festivals et d’albums entièrement dédiés au rap.


Encore aujourd’hui, les gangs jouent un rôle important dans l’évolution du rap. Si le hip-hop connaît autant de succès, c’est notamment grâce à ces groupes de malfaiteurs qui n'hésitent pas à mettre en avant un de leurs membres afin qu'ils puissent vanter les exploits (bien souvent illégaux) du clan. Le rappeur 6ix9ine, récemment sorti de prison mais aussi de son gang, se fait même appeler "Le Roi de New York". C'est ça le gangsta rap. Un sous-genre qui domine majoritairement le monde du rap jusque dans la fin des années 2000.


Le rappeur 6ix9ine entouré de son ancien gang les "Blood", reconnaissable à leur port de la couleur rouge. (source : booska-p.com)

Nous avons donc vu à travers l'article "La pop n'est pas en WEEKND 1/2" l’histoire de la pop-music et son affiliation au rap et aujourd'hui l'histoire du rap. Cet article en 2 parties distinctes sort donc à l’occasion de la sortie de la version Remix EP de l’album du chanteur américain The Weeknd "After Hours" le 3 avril dernier. Penchons-nous de plus près sur ce chanteur atypique …


The Weeknd de son vrai nom Abel Makkonen Tesfayeest né en 1990 à Toronto au Canada est l’un des auteurs, compositeurs et interprètes les plus écoutés de notre génération. Il doit son succès entre autre à son genre musical, situé entre le R&B / le rap, la pop-music et la Soul. Depuis le début de sa carrière Il a notamment eu le prestige de recevoir 3 Grammy Awards et 2 American Music Awards.


The Weeknd (Photographie par Mark Seliger)

Abel Makkonen Tesfaye grandit avec sa mère qui l’élève seule avec sa grand-mère. Son enfance est bercée par les influences musicales des artistes tels que Prince et Michael Jackson. Il affirme qu'il n’y aura jamais de nouveau King de la pop, Michael Jackson est et restera toujours au top ! Il choisit d’arrêter l’école à 17 ans et découvre la drogue dans laquelle il tombe pendant quelque temps. Au bout de plusieurs mois, il décroche son premier travail dans une grande enseigne de vêtements et c’est à ce moment-là qu’il va commencer à chanter et s’enregistrer. Il commence sa carrière en 2010 en postant anonymement ses créations sur des plateformes de streaming audio et vidéo comme Soundcloud ou YouTube. Il cache son identité derrière le pseudo de “The Weeknd”.


À partir de ce moment-là ce n’est plus qu’une question de mois avant que sa carrière soit véritablement lancée. Il se fait connaître grâce à Drake qui va mentionner son nom sur Twitter et ainsi susciter l’attention du public sur ce nouvel artiste.

The Weeknd décide alors de sortir un premier album ("House of balloons") qui connaît des critiques positives. C’est la naissance d’un des plus grands artistes des années 2010. Il continue sur sa lancée, en sortant de nombreux projets et en multipliant les concerts et les feats avec d’autres artistes comme Ariana Grande en 2014. La même année Drake le prend sous son aile et l’emmène avec lui lors de sa tournée en Europe “Would You Like A Tour”, pour faire sa première partie.

Le succès grandit et les opportunités se font nombreuses. Il compose deux chansons pour le film “50 Shades of Grey”, et sort un album en 2015 ("Beauty Behind The Madness") puis un autre en 2016 ("Starboy"), comprenant des collaborations prestigieuses avec les Daft Punk ou encore Lana Del Rey. Dix de ses chansons atteignent le top 10 du Billboard hot 100 et les clips de "Starboy", "The Hills" et "Can’t Feel My Face" dépassent plus d’un milliard de vues sur YouTube. Son succès devient alors un phénomène mondial.

The Weeknd (source : vogue.fr)

Avec la sortie d’« After Hours » il détrône tout et passe au grade d’artiste le plus écouté sur Spotify :

Chiffres enregistrés le lundi 20 Avril 2020 via Spotify

Un mois après sa sortie, l'album est toujours numéro 1 au Billboard 200. C'est un succès mondial. Le précédent record était détenu par Drake avec son album "Scorpion".

Pour l’anecdote, pour sa coupe de cheveux The Weeknd se serait inspiré du célèbre artiste Jean-Michel Basquiat (retrouvez sa biographie ici)


Pour conclure l'article, Grunge News vous propose l'interview du créateur d'Univers Rap, un média mettant en avant toute l’actualité du rap français sur le réseau social Instagram, puis vous retrouverez quelques questions posées à Caden Kujawa, collaborateur de nombreux rappeurs US.


Univers Rap :

Grunge News : Que pensez-vous du rap d’aujourd’hui par rapport à celui d’il y a 10 ans, son évolution ?

UR : Pour moi le rap s'est beaucoup diversifié par rapport à celui d'il y a 10 ans. Aujourd'hui, on peut écouter seulement du rap comme style de musique, car il y a de tous les styles, que ce soit kick, ambiance, triste, calme,…


Grunge News : Que pensez-vous du mode de diffusion du rap, avec des plateformes telles que Soundcloud, Instagram où de nombreux artistes en émergent ?

UR : Le rap utilise très bien les modes de communications actuels comme les réseaux sociaux et les plateformes de streaming ce qui est parfait pour nos générations.


Grunge News : Quel est votre point de vue sur le fait de mixer rap et pop comme peut le faire le chanteur Américain The Weeknd?

UR : Mixer rap et pop est une assez bonne idée car c'est un style de musique qui plaît à un autre public que le rap pur et dur, ça ramène donc un nouveau public au rap c'est une bonne chose.



Compte Instagram d'Univers Rap


Caden Kujawa :

Grunge News : Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Caden Kujawa : Je m’appelle Caden Kujawa. Je viens de Miami, en Floride et je produis de la musique, je fais des couvertures d’albums et, dans l’ensemble, j'essaie simplement de donner une meilleure image à l'artiste avec qui je travaille. Que ce soit en stylisant ou en les aidant à gérer leurs réseaux sociaux. J'étudie actuellement la mode ainsi que l'art, donc j'aime apporter autant que j'ai à offrir à l'artiste avec qui je travaille et lui apporter ma pleine vision. Pour la plupart, je travaille avec des artistes rap.


Grunge News : Que pensez-vous du mélange de rap et de pop, comme fait The Weeknd dans plusieurs de ses musiques ? Pensez-vous que ce mélange de registres musicaux durera au fil du temps ?

Caden Kujawa : Je pense que c'est certainement quelque chose que nous verrons davantage au cours des prochaines années. Le rap est l'un des genres de musique les plus populaires en ce moment. Lorsqu'il est mélangé à de la pop, il attire un public encore plus large. Vous pouvez également être plus expérimenté dans le domaine en travaillant vos sons. Le dernier projet de The Weeknd reste principalement dans le domaine du rap et de la pop. Il est capable d'avoir un album rafraîchissant et diversifié. Le mélange de registres musicaux continuera de devenir quelque chose de très populaire. Personnellement, j'aime le punk et le rock et je pense que ce seront les genres qui vont le plus inspirer les rappeurs de cette nouvelle génération. Mélanger différents registres musicaux offre de nombreuses possibilités uniques de sons et d'instruments. Cela élargit également le public des artistes.


The Weeknd en concert à Lollapalooza Berlin en 2018 (Photographie : Joseph Okpako / ©Getty)


Le rap a donc toute une histoire qui lui est propre. Sa force réside dans ses textes et dans la multitude de possibilités de faire du rap, que ce soit en fonction des registres (emo-rap, rap-conscient, gangsta-rap, …) ou bien dans le mode de diffusion (via les réseaux sociaux, …). L'affiliation des genres (pop - rap) n’est donc pas prête de se terminer car c’est ce qui permet aux artistes de toucher de nouveaux publics, d’expérimenter de nouveaux sons, de faire évoluer un genre de toutes les manières possibles, ...


 
Vous aimerez aussi :



 




Pour commenter cet article, inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News (en haut à droite de votre écran) !


Comments


bottom of page