top of page

La pop n'est pas en WEEKND 1/2

Dernière mise à jour : 6 févr. 2021

Comme vous le savez chaque registre musical à son histoire. A l’occasion de la sortie de la version Remix EP de l’album de The Weeknd "After Hours" le 3 Avril dernier, l’équipe Grunge News vous raconte et vous analyse l’histoire du rap et de la pop ; 2 genres musicaux qu’a su, encore une fois, allier l’interprète de "Starboy". Cet article sera présenté en 2 parties. La première axée sur l’histoire de la pop et ses dérivés jusqu’à aujourd’hui tandis que la seconde partie qui sortira le mardi 21 avril 2020 (soit demain), traitera de l’histoire du rap et de The Weeknd.

source : 411mania.com

Commençons par analyser l’histoire de la pop. En 1926, le terme chanson pop apparaît pour la première fois pour décrire une musique ayant un attrait populaire ("having popular appeal"). Mais, à cette époque il est simplement employé de cette manière. Ce terme va évoluer jusque dans les années 50-60 où il sera décrit comme étant un art consommé massivement par la population puis reproduit à l’échelle industrielle. Le « Popular Art » (art populaire) désigne donc toutes sortes d’arts, allant de la peinture (citons Roy Lichtenstein) à la musique.

En 1955 la pop-music est décrite comme étant un sous-genre du rock’n’roll qui tire ses racines du blues, du folk ou encore du jazz. Le terme pop-music est une expression issue de l’anglais « popular music », pour décrire ce mouvement musical. La "pop", de manière globale, trouve son origine dans la consommation de masse, une consommation majoritairement distribuée par la télévision. Les jeunes sont ainsi les premiers touchés. La télévision reste encore un objet nouveau et futuriste majoritairement utilisée par la nouvelle génération.


 



 

Dans cet univers "pop", les jeunes s’accaparent certaines sonorités rock pour créer ce qui deviendra la pop-music. L'objectif des artistes est simple ; produire de courtes musiques (environ 3 minutes) avec des rythmes bien précis pour distraire au mieux l'auditeur. Avec la "pop-music", il faut que les jeunes qui sont en quête d’identité, trouvent leur bonheur dans ce genre musical dansant et jovial. Les chansons évoquent bien souvent des phénomènes sociétaux se référant au bonheur en évoquant, bien souvent, l’amour ou la paix.

Image tirée du clip vidéo "Katy Perry – Thinking Of You"

Ce genre musical est une véritable révolution au plan économique pour l’industrie musicale. Entre 1960 et 1970, le chiffre d’affaire de la pop-music passe de 800 millions à 2 milliards.

Nous pouvons dire que ce sont les Beatles qui ont réellement marqué les débuts de la pop. Les Beatles, un groupe anglais qui a su utiliser les codes de la pop à bon escient. Ils sont devenus parmi les groupes de musiques les plus populaires encore aujourd’hui 50 ans après leur séparation. L’engouement autour de ce groupe a marqué l’histoire de la musique mais aussi de la pop culture de manière plus générale. Les quatre chanteurs ont réalisé des concerts mythiques (citons celui au Shea Stadium ; plus d’informations sur ce concert exceptionnel en cliquant ici), des morceaux mythiques, une fan base mythique. Le nom de "Beatlesmania" a même été donné aux fans des Beatles, le terme est aujourd’hui rentré dans le langage courant.


Photoraphie des Beatles (crédit : YouTube@TheBeatles)

Avec l'ascension des Beatles dans les années 60, la musique pop devient très populaire. Les industriels qui misent sur le pouvoir d’achat des adolescents, les premiers mouvement tout comme la "Beatlesmania" émergent chez la nouvelle génération !

Durant cette période, la pop n’a pas encore d’identité précise et décrit l’ensemble des musiques populaires. En France, c’est entre autres, Serge Gainsbourg qui va adopter la musique pop. En 1966, ses chansons commencent à être cataloguées dans ce registre avec notamment le titre « Qui est « in » qui est « out » ».


C’est aussi la pop qui a donné naissance à un des mouvements sociaux et musicaux les plus importants du XXème siècle : le mouvement hippie. Tout commence dans les années 60 lorsque la pop-music commence à prendre rapidement une ampleur considérable. Certains jeunes de San Francisco, comprenant que la pop-music a pour objectif principal d’amasser autant d’argent que possible, se décident à réagir. Ils veulent endiguer le phénomène car selon eux, cette musique se rapporte à une société de consommation et une soumission au pouvoir et aux arts en vogues. Ils veulent contester les ordres des parents et des gouvernements et veulent être régi par une société conformiste (rejette alors l’American Way Of Life soit en français, le mode de vie américain) et non une société de (sur)-consommation. Ils prônent alors des valeurs telles que l’amour et la paix, tout en étant écologiques, égalitaires et porteurs d'une totale liberté. Ces individus mettent aussi en avant le respect entre les individus et la nature.

Le mouvement s’estompe brutalement à la fin des années 60, après Woodstock, et disparaît dans les années 70.


 



 

A contrario, la pop continue son ascension et connaît un véritable changement à partir des années 70 et 80 grâce aux nouvelles technologies (le synthétiseur en tête de cette révolution technologique). Grâce aux nouveaux moyens de production, la pop-music se modernise considérablement, se démarque et conquiert rapidement la planète. La pop se créée une identité propre à elle. Elle utilise le plus d’outils possible, comme les distorsions, les échos… pour améliorer les chansons et amener quelque chose de nouveau à la musique. Tout cela est qualifié à l’époque "d’extraordinaire". La pop s'inspire de nombreux genres musicaux et leur empreinte des instruments symphoniques tels que des cuivres ou des vents, mais aussi des instruments synthétiques comme le piano synthé (étant des instruments plus utilisés dans la musique électronique. En savoir plus sur le premier instrument de musique électronique ici).

Les années 80 marque la naissance d’artistes qui vont révolutionner la musique. Citons celui qui est certainement, le plus populaire, Michael Jackson ! Un artiste qui inspire les stars d'aujourd'hui comme The Weeknd. Avec la pop, les clips musicaux vont connaître un renouveau.

Michael Jackson est en partie à l'origine de ce "renouveau". Ses clips racontent véritablement une histoire. "Thriller", "Remember The Time", "Smooth Criminal" et bien d'autres, sont de véritables mini-films musicaux. Pourtant brimé dans son enfance par son père il réalisera une des carrières musicales les plus importantes de l’histoire de la musique. Il était même surnommé « Le Roi De La Pop ». Malheureusement ce roi s’est éteint le 25 juin 2009, bien trop tôt pour ses millions de fans à travers le monde.


Photographie du clip de Michael Jackson "Thriller" (crédit : © D. R.)

source : myspace.com

La pop a donc su évoluer et s'adapter à son temps en empruntant aux autres styles musicaux certains instruments, sonorités, …

La pop que nous connaissons aujourd’hui mixe (en général) 2 genres de musique : le rap et l'électro. Cette pop-music est à l'origine amenée par 3 Français : le DJ – producteur David Guetta, son acolyte Fred Rister et Joachim Garraud. A eux 3 ils ont su révolutionner l’industrie musicale, notamment en 2007 avec la sortie de leur musique « Love Is Gone » en collaboration avec le chanteur Chris Willis.



A cette époque rare étaient les artistes du monde de l’électro (appelée EDM plus tard) qui collaboraient avec des chanteurs plus "populaires" pour produire une musique. Le succès planétaire de "Love Is Gone" a permis à de nombreux artistes de se proposer pour collaborer avec le DJ français comme les Black Eyed Peas.

David Guetta, Fred Rister et les Black Eyed Peas ont alors travaillé sur le morceau qui deviendra l’une des musiques électro la plus populaire de tous les temps : "I Gotta Feeling". Le son est devenu numéro un des ventes pendant 14 semaines aux Etats-Unis. Un tel succès n'était jamais arrivé depuis 10 ans. Le titre est même devenu l’hymne de nombreuses équipes de sport, mais aussi d'événements sportifs comme les J-O d’hiver de 2010, …

Fred Rister écrit en 2018 :

« J’ai l’immodestie de le penser : nous avions réalisé un véritable exploit dans le contexte d’une industrie qui traversait une crise dont elle ne s’est d’ailleurs jamais remise. Non seulement ce tube avait su relever le défi d’Internet en étant très rentable, mais il avait surtout saisi les opportunités d’une nouvelle ère en bénéficiant de l’incroyable pouvoir de viralité des réseaux sociaux. « I Gotta Feeling » était l’exemple du tube planétaire 2.0. »


Ce « tube planétaire 2.0 » a donc bien changé l’industrie musicale. A partir de cette sortie, de nombreux rappeurs comme Kid Cudi, Nicky Minaj, Kelly Rowland, Snoop Dog et bien d’autres, ont commencé à travailler avec David Guetta et Fred Rister. Le rap collaborait avec l’électro !

C’est dans ce contexte qu’est né ce mix des cultures qui paraissait encore 10 ans en arrière, improbable. Le rap était plus associé à la rue, à la vulgarité, la drogue, … (le gangsta rap) tandis que l’électro était plus pour ceux qui voulaient se défouler, faire la fête. Les 2 types d’auditeurs de ces 2 genres n'avaient donc rien en commun mais grâce à l'évolution de la musique, cette collaboration est devenue possible.

La pop doit aussi son succès grâce à la durée ni trop courte ni trop longue d’environ 3 minutes avec un tempo proche de celui d’un cœur humain en pleine action dansante ou d'euphorie, … Tous ces éléments permettent donc sa large diffusion à la radio. La pop-music apporte un vent d’air frais à la société de par son côté "mainstream" assumé. La pop représente désormais l'une des industries musicales les plus florissantes économiquement.


Vous retrouverez demain un nouveau document exclusif sur le rap avec une interview qui mérite d’être lue si on aime de près ou de loin le rap dans sa globalité.



 
Vous aimerez aussi :


 




Pour commenter cet article, inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News (en haut à droite de votre écran) ! Placez votre savoir dans les conversations, lisez les articles Grunge News !

bottom of page