top of page

J'ai survécu seul 36 jours dans la forêt amazonienne, après mon crash d'avion ...

Seriez-vous capable de survivre seul(e) pendant 36 jours dans la jungle ? C’est pourtant l’exploit qu’a réalisé un jeune pilote d’avion Brésilien dernièrement, contre son grès. Alors qu’il survolait la forêt Amazonienne, un défaut du moteur contraint l’avion à un crash inévitable. Par miracle, l’unique passager à bord était le pilote, Antonio Sena, qui a survécu à l’accident. Pourtant, ce n’était que le début des complications …


Antonio Sena, dans l’hélicoptère des secours qui l’ont pris en charge (Capture d’écran : YouTube / Jornal da Record)

Antonio Sena, 36 ans, est un pilote d’avion Brésilien qui a vécu en ce début d’année 2021, un véritable calvaire. L’aviateur s’envole le jeudi 28 janvier pour livrer du diesel dans une mine d’or illégale actuellement exploitée dans une réserve naturelle interdite aux activités humaines. Lors de son vol, au-dessus de la forêt Amazonienne, le seul moteur de son appareil tombe en panne. Rapidement il envoie un message de détresse radio. Antonio n’a que quelques minutes pour tenter de poser son avion. Une manipulation qui parait impossible ou presque puisqu’il est en pleine jungle et pourtant il trouve une petite place où il peut y atterrir. A terre, il s’empresse de sortir de son cockpit avec le strict nécessaire avant que l’avion ne s’embrase. Puis, le pilote attend les secours qui devraient arriver grâce au message de détresse. Quelques minutes plus tard, ils arrivent et survolent la zone, cependant, les cris et mouvements de bras du rescapé n’attirent pas leur attention … Antonio Sena se retrouve désormais seul au beau milieu de la jungle avec pour seul moyen de locomotion, ses jambes.


Comprenant la gravité de la situation, il s’instaure un rythme. Le matin, il marche et l’après-midi, il se construit un campement pour dormir la nuit, tant bien que mal. Il vivra de cette manière pendant plusieurs jours. Les animaux rendaient aussi la vie dure au pilote. Les singes n’hésitaient pas à s’attaquer à ses campements tandis qu’il fallait qu’il évite de tomber sur un jaguar ou autre animal dangereux. Pour ce faire, il marchait en faisant du bruit pour éloigner au maximum la présence de bêtes sauvages, rapporte le média espagnol “El País“.


Néanmoins, ce sera aussi grâce aux animaux qu’il a pu survivre. Il observait les fruits qu’ils mangeaient pour goûter les mêmes. Pour boire, Antonio Sena se servait de l’eau de pluie.


Antonio Sena (au centre, avec le tee-shirt noir) en compagnie de ses sauveurs, la famille de Dona Maria Jorge (Crédit : © Instagram antoniopilot.br)

36 jours après son crash maîtrisé, il entend le bruit d’une tronçonneuse, signe de vie humaine ! C’est un miracle ! Il est ensuite rapatrié grâce à un hélicoptère de la police. L’aventurier ne tardera pas à retrouver son chez-soi, à Santarem, dans la forêt amazonienne.

Lors de son périple, il a parcouru 27 kms (à vol d’oiseau) et perdu 24 kg !

"Si j’étais tombé dans une région où les arbres avaient été abattus, je n’aurais pas trouvé d’eau ni de nourriture et je n’aurais pas pu me constituer des abris" assure-t-il.


 
Vous aimerez aussi :


 



Inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News pour y laisser vos impressions dans l'espace commentaire ! (cliquez sur "login" en haut à droite de votre écran !)

Comentarios


bottom of page