top of page

Interview d'Arthur Nabi, le designer de demain !

Si vous connaissez le célèbre YouTubeur Maxenss (sa chaîne YouTube ici), vous savez qu'il a sorti en 2019 son premier EP solo : "@" ! Grunge News s'est intéressé à la cover de l'album plutôt originale avec son style d'écran d'ordinateur et a alors interviewé pour vous, le designer de cette œuvre, Arthur Nabi ...


“La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.” M.T

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Hello Grunge News, je m’appelle Arthur, j’ai 22 ans, et je suis designer graphique basé à Paris.

Quel a été votre cursus ?

Dès le lycée j’ai commencé à travailler le design de manière globale au travers d'un BAC STDAA. Ces 3 années m’ont permis d’explorer l’univers des arts appliqués, des arts plastiques mais aussi d’une culture du design en générale. Ensuite je me suis directement orienté vers un BTS design graphique, en option numérique. J’ai effectué un stage à la fin de chacune des années de BTS. Le premier chez Golgotha, et le second chez Convoy. Le second stage tombant à la période de l’obtention de mon diplôme, j’ai eu la chance de pouvoir continuer de travailler avec eux.


Comment est venue votre passion du design ?

J’ai toujours été attiré par l’univers de l’audiovisuel. Ma passion est premièrement venue avec les jeux vidéos. J’ai même essayé de m’intéresser au processus de ces derniers, mais je me suis finalement dirigé vers quelque chose lié au domaine de la communication visuelle qui englobe plus de connaissances et plus de libertés sur les pratiques que l’on peut faire.

Qu’est-ce qu’il vous plaît dans cet art ?

Ce qui m’intéresse dans ce domaine c’est le fait de pouvoir répondre à des demandes/ contraintes avec une infinité de choix. Pour chacun des projets, c’est toujours différent, il y a des éléments que l’on retrouve parfois de projet en projet. Pourtant, de manière générale, il y a toujours énormément de choix de directions artistiques possibles, ce qui rend unique chaque expérience de projets.


Quelles sont vos inspirations ?

Je m’inspire énormément d’éléments qu’il y a autour de moi au quotidien: dans la ville, dans la rue, dans les parcs, dans les marchés… J’aime aussi m’inspirer des prémices du design en remontant sur ce qu’il se faisait avant, pour ré-interpréter ces derniers avec le type de projet que j’ai à faire, le mood, la DA etc.

Quelles sont les différentes étapes pour designer un objet, une cover, ... ?

Il y a une première recherche d’inspirations et de références liées à des premiers concepts. Ensuite il y a une grosse phase de recherche sur la direction artistique à prendre ; quels types d’illustrations, est-ce que c’est une photographie, une image 3D, un traitement graphique, uniquement typographique… Et pour finir il y a la production et la réalisation des designs, en déclinant sur différents formats si nécessaire, etc.

Vous avez travaillé sur la cover de l’album de Maxenss, comment avez-vous procédé ?

Avec l’artiste Maxence et la photographe Alice Kong, on a premièrement décidé des types d’icônes pour représenter chacun des titres de l’album. La direction artistique globale était de réaliser différents Desktop d’ordinateur type Windows 98, avec visuels et pictogramme. Ensuite j’ai créé le design pour chaque icône, que je suis venu ensuite composer différemment sur chaque Desktop.


Ensuite les autres tâches concernant ce projet a été de faire les compositions typographiques des paroles sur le vinyle, livrets paroles, pochettes CD, stickers, vinyles, …

"C’est un projet que l’on a réalisé de manière totalement indépendante"

Pouvez-vous nous présenter le projet que vous avez réalisé dont vous êtes le plus fier ?

Le projet dont je suis le plus fier est Argentik (Instagram : @argentikmag / Site officiel : argentikmag). C’est une revue sur la photographie argentique que j’ai créé en 2016, avec l’aide de Victor Barreyre et Simon Hayé dans un premier temps. C’est un magazine contributif qui fonctionne sous forme numéros. Ca sort de manière trimestrielle, et c’est pour tous les passionné(e)s de la photographie analogique. C’est un projet que l’on a réalisé de manière totalement indépendante et qui prend de plus en plus d’ampleur, déjà 7 numéros de parus ! Argentik est un projet super riche qui évolue avec sa communauté, tant dans le fonctionnement d’appel à projet que dans toute la direction artistique que je dirige : social post de recrutement, sélection, logotype, poster, communication, fiches, contrats, etc. Simon a dû nous laisser depuis les 2 dernières années, maintenant la team se constitue de 3 personnes: Victor Barreyre (co-founder & graphic designer), Clément Trauet (brand manager & strategy director) et moi (co-founder & art director). Si la photographie argentique vous intéresse ou que vous en pratiquer et aimerait partager vos clichés, je vous encourage à aller voir sur nos réseaux sociaux.

(Instagram : @argentikmag / Site officiel : argentikmag)




Comment se faire repérer en tant que designer ?

Il n’y a pas forcément de formule secrète, il faut travailler, tant sur le papier que dans la pratique. Il faut essayer de se démarquer tout en répondant à des cahiers des charges, que ce soit dans les techniques, dans le style, dans les skills ; ce qui est assez compliqué au final.

Comment vous voyez-vous dans le monde du design dans 10 ans ?

Depuis que j’ai commencé et finis mes études de design, j’ai énormément progressé, du coup se projeter sur 10 ans est quasiment impossible ! Il peut se passer énormément de choses. J’aimerais faire différents types de projets, des petits comme des gros avec mon studio Horah INC (@horah.inc) ; un studio co-fondé avec Théotim Hunaut ainsi que Nathan Sirieix. Il faut aussi continuer à travailler sur Argentik (@argentikmag) de manière toujours plus enrichissante.


Si vous deviez décrire votre passion en une phrase :

“La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.” M.T



- Grunge News vous remercie de votre collaboration -



Vous aimerez aussi :



A Miami Beach, c'est Ariel qui nous fait rêver avec ses photos d'une netteté et d'une originalité rare. Une artiste qui sait innover et faire voyager le spectateur dans son monde où la photographie est reine.

Grunge News vous laisse avec elle, profitez de cette interview exclusive, ...


 


Le personnage de Mario est apparu en 1981 dans le jeu Donkey Kong créé par Shigeru Miyamoto et Gunpei Yokoi. Lors du développement du jeu, le premier nom de ce personnage était Ossan.

Ensuite, Shigeru Miyamoto aurait voulu lui donner le nom de Mr. Video, mais c’est ...



Pour commenter cet article, inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News (en haut à droit de votre écran) !


Comments


bottom of page