top of page

Hong Kong : vers l'indépendance ?

Depuis quelques années des mouvements de militants pro démocratie prolifèrent à Hong-Kong. Chaque jour de l’année des militants se battent pour la conservation de leurs droits et libertés dans cette région administrative spéciale de la république populaire de Chine. Le 23 novembre dernier a été officiellement annoncée l’arrestation de 3 activistes à Hong-Kong. Nous citons ici 3 jeunes : Joshua Wong (figure du mouvement pro démocratie de Hong Kong), Agnes Chow (co-fondatrice de l’organisation politique Demosistō), Ivan Lam (président de Demosistō jusqu’à la dissolution du parti). Le motif de leur arrestation est défini par le fait qu’ils aient largement contribué à une manifestation devant le quartier général de la police de Hong Kong le 21 juin 2019. Pour comprendre la situation historique de cette île, il faut remonter le temps et vous conter son histoire. Nous reviendrons ensuite sur la situation actuelle et l’état politique d’Hong Kong.


Photo d'Hong Kong via Benh LIEU SONG (Flickr)


Hong Kong a une histoire bien complète. Les premières peuplades sont arrivées sur l’île il y a désormais plus de 50 000 ans. Les peuples Che seraient parmi les premiers à avoir habité le territoire.

Pourtant, son conte avec la Chine ne commence que bien des millénaires plus tard.

En 221-206 av JC, l’île est incorporée à la Chine, sous la dynastie Qin. Les dynasties se succèdent et l'île devient progressivement un port important pour le commerce. On y vend principalement des perles et du sel. Le territoire, alors chinois, connaît ensuite une forte croissance démographique dû à l’immigration de nombreuses familles chinoises. Ces dernières fuyaient les invasions et guerres se déroulant en continues sur le continent.


Dès le 7ème siècle, à l’apogée de la route de la soie, Hong Kong devient un port de commerce international. Pourtant, le territoire composé pour l’heure de 261 îles devient en parallèle un important repaire pour les pirates chinois. Cependant la Chine parvient tout de même à exporter à cette époque, du sel, des perles, de la soie, mais aussi du thé, de la porcelaine et des épices. Le marché chinois grandit d’année en année et cela entraîne des convoitises de la part des autres peuples, notamment les Européens.


Ching Shih, une célèbre pirate


Les premiers à ambitionner Hong Kong sont les Portugais. Ils établissent ainsi rapidement un comptoir à Macao.

Cependant, au 18ème siècle, la Chine prend conscience du danger européen et met en place des restrictions pour les éloigner de ses territoires.

Seulement, l’empire chinois signe un édit, consistant à lutter contre l’addiction à l’opium, en interdisant le commerce de cette drogue. Cette décision provoque la colère des Britanniques, qui déclenchent la première guerre de l’opium en 1840.

Ils attaquent la Chine et obtiennent le nord du pays, menaçant Pékin. Le Royaume-Uni gagne la première guerre de l’opium, et hisse son drapeau sur le « rocher stérile » (surnom attribué à Hong Kong) un an plus tard. C’est à l’issue de ces combats que le traité de Nankin est signé le 29 août 1842

Dans ce traité Hong Kong est finalement cédée aux Anglais. C’est ainsi que ce territoire au passé chargé devient une colonie Britannique.

Alors que la démographie de l’île devient considérable, l’économie suit le pas avec un croissance sans précédent. Hong Kong est devenue une plaque tournante d’un réseau commercial incontournable entre les Européens et les Chinois.


Hong Kong est devenue une plaque tournante

Ne s’arrêtant pas à ce stade, le 28 juin 1956 est déclenchée la seconde guerre de l’opium (28 juin 1856 – 18 octobre 1860). Celle-ci permet aux Britanniques de s’accaparer la péninsule de Kowloon, sur le continent.

Enfin, c’est en 1898 que les Anglais parviennent à négocier un bail de 99 ans pour pouvoir gouverner les Nouveaux Territoires, terres situées au Nord de la Chine. C’est ainsi que le territoire d’Hong Kong tel que nous le connaissons aujourd’hui est formé.

C’est l’expiration de ce bail qui a causé la rétrocession, par Londres, à Pékin, de Hong Kong. Cet événement historique marquant la fin de la colonisation a donc eu lieu en 1997.


Les délégations de la Chine et de la Grande-Bretagne après la cérémonie de rétrocession


Durant toute l'époque coloniale, Hong Kong était l’un des ports de pêche les plus fréquentés au monde, ainsi qu’un centre d’affaires exemplaire. Il a profité de l’expansion de la Chine pour faire l’interface entre elle et le reste du monde.

Certains ressentiments contre les coloniaux ont permis aux habitants de Hong Kong d’obtenir un parlement et un système judiciaire indépendant.

Lors de la rétrocession, un accord est signé entre les deux pays. Dans celui-ci, il est signalé que Hong Kong conservera son mode de vie et ses libertés durant 50 ans. C’est donc en 2047 que l’île devrait revenir, de droit à la Chine.


Président Chinois actuel, XI JINPING


Cependant, depuis quelques années maintenant, le gouvernement n’hésite pas à réduire les droits, devoirs … de la politique démocratique de l’île. En 2014, les premières importantes manifestations à ce sujet font surface. La presse mondiale en parle. Il s’agit de la “Révolution des parapluies“. Ce soulèvement de la population contre son gouvernement s’est vu être attribué ce nom en raison de l’usage de parapluies par les manifestants. Ces derniers s’en servaient pour faire face aux bombes de gaz lacrymogène lâchées par les policiers.


Affrontements durant la Révolution des parapluies


La révolte a eu lieu pour une raison bien particulière. Le gouvernement Chinois tentait de limiter l’importance du suffrage universel de Hong Kong pour les élections du chef de l’exécutif de l’île en 2017. La démocratie est en danger, le peuple se soulève et voit naître de nombreux activistes. Parmi eux, Joshua Wong. C’est en cette période que le monde voit pour la première fois le visage du jeune homme. A seulement 18 ans il est devenu l’une des figures de la manifestation et l’un des visages du mouvement pro démocratie de cette ville mondiale.


Joshua Wong


Pourtant, l’histoire ne s’arrête pas là. Xi Jinping, l’actuel président chinois précipite les actions. Son intérêt est que le rocher stérile redevienne le plus rapidement possible un territoire appartenant pleinement à la Chine. Ceci n’est pas sans déplaire aux Hongkongais. C’est alors que depuis le 15 mars 2019 des révoltes historiques ont lieu dans la région administrative spéciale de Hong Kong de la république populaire de Chine.

Les premières manifestations demandent l’abandon de l’amendement de la loi d’extradition par le gouvernement Hongkongais. C’est-à-dire qu’ils demandent l’abandon d’un amendement qui permettrait à la Chine d’intervenir aisément dans le système juridique de l’île. La Chine pourrait ainsi, par exemple, emprisonner un libraire Hongkongais si ce dernier vend des livres ne visant pas à mettre en avant Pékin (en 2015, 5 libraires ont été mis en prison après avoir mis en vente des ouvrages critiquant la capitale Chinoise).

Un amendement qui vise donc à reprendre partiellement le contrôle sur le territoire en réduisant aussi bien que possible la politique démocratique de la région.

Finalement abandonné, début septembre 2019, l’amendement aura fait grand bruit et laissera des traces indélébiles dans l’histoire d’Hong Kong. Effectivement c’est cette proposition politique qui a réveillé les foules en 2019 et depuis les manifestations ne cessent.


Manifestations du premier de l'an 2020


Au nouvel an 2020 des dizaines de milliers d’activistes étaient descendus dans les rues pour demander des réformes démocratiques. Les sept mois précédant marquaient la plus grande crise de la région depuis la rétrocession. Des contestations marquées par des marches pacifistes ou bien des affrontements avec les forces de l’ordre. Face à la violence inouïe des policiers Hongkongais, des dizaines de manifestants furent très grièvement blessés. Ainsi les tensions ne se sont aucunement apaisées et la population a très vite élaboré des techniques pour se défendre / se protéger (utilisation du réseau crypté Telegram, réutilisation des parapluies pour se protéger des gaz, …).


La police interpelle ici un homme blessé le 19 janvier 2020 (AFP / PHILIP FONG)


La détermination des Hongkongais pour en découdre avec le gouvernement est flagrante. Toute la population se soulève et ne recule devant rien.

Cependant, malgré les revendications, le 30 juin 2020, le Parlement Chinois adopte la loi de sécurité nationale. Celle-ci devrait ensuite devenir une des lois fondamentales de Hong Kong. Cette dernière vise à lutter entre autres, contre le terrorisme et le séparatisme. Cette loi peut donc être utilisée par le gouvernement chinois contre les manifestants. De cette manière cet édit met en partie fin à la semi-autonomie dont disposait encore l’ancien territoire Britannique.

Seulement quelques heures après le verdict, dans la journée du mardi 30 juin, le parti démocratique Hongkongais Demosistō annonce sa dissolution pour éviter toutes poursuites judiciaires.

L’ONU juge la loi de sécurité nationale comme pouvant « nuire à la protection des droits humains ».


Joshua Wong au centre répondant à des questions lors d une conférence de presse le

10 avril 2016 (AP / Vincent Yu)


Lundi 23 novembre 2020, Joshua Wong, Ivan Lam et Agnes Chow, militants du premier plan à Hong Kong, ont été placés en détention provisoire attendant leur jugement pour leur rôle joué dans les manifestations de 2019, entre autres pour celle ayant eu lieu devant le quartier général de la police de Hong Kong, le 20 juin 2019. Les accusés ont donc plaidé coupables. Le tribunal saisi peut infliger une peine de 3 ans d’emprisonnement maximum. Le verdict tombera le 2 décembre prochain, nous vous tiendrons informé du jugement final sur notre compte Instagram : @grunge_news .


Agnes Chow (à gauche), Ivan Lam (au centre) et Joshua Wong (à droite) attendant pour leur procès à Hong Kong le lundi 23 novembre 2020 (PETER PARKS / AFP)



Comme vous avez pu le constater à travers cet article, la situation politique du territoire est loin de convenir à tous. Malgré le passé colonial de l’île, la ville mondiale aux 7,5 millions d’habitants reste debout et ne fléchit pas contre son gouvernement qui oppresse la vie de ses citoyens. La contestation est telle que le dimanche 18 août 2019, plus de 1,7 millions de manifestants s’étaient rassemblés. Jusqu’où ira cette révolte ? Va-t-on vers un rattachement Chinois ou bien au contraire vers un détachement le plus total de Pékin, à Hong Kong ?


 
Vous aimerez aussi :



Interview de Grunge News à Louis de Gouyon Matignon ...





 


Au départ la Corée du nord et du sud ne faisaient qu’un. Ces 2 pays ont même formé un empire ; l’Empire de Tachan. C’est après la guerre russo-japonaise où le Japon en sortira vainqueur que, ce dernier étend son territoire sur ...


Pour commenter cet article, inscrivez-vous / connectez-vous à votre compte Grunge News (en haut à droite de votre écran) ! Placez votre savoir dans les conversations, lisez les articles Grunge News !

bottom of page